Le phare d'Eckmülh           Histoire

Histoire

Visite guidée

Gardien de phare

 

 

Collège Laennec, classe de 4ème 8



Le phare d'Eckmülh, l'ancien phare et le sémaphore

Eckmühl appartient à la troisième génération des phares penmarchais.
Au XVème siècle sur la pointe de Saint Pierre, alors que Penmarc'h est un riche port d'armement, une tour de guet permet de signaler aux vaisseaux marchands la présence de navire corsaires embusqués. Cette tour servira de poste de surveillance puis de sémaphore à partir de1806 et sera le premier phare de Penmarc'h quand, en1831,on y installe un feu provisoire.
La même année, les autorités décident la construction du phare qui sera inauguré en 1835. La tour reprend alors du service comme sémaphore jusqu'en 1862, date de construction de premier sémaphore.

En 1890, les "Phares et balises" établissent un nouveau plan de phare ayant un plan focal à 60 mètres au dessus des plus hautes mers. L'étude et les plans de ce projet sont terminés et approuvés en 1892, lorsque le projet est soudainement annulé : un décret venait d'être publié, signé du Président de la République, respectant le testament de Louise Davout, Marquise de Blocqueville et fille du Prince d'Eckmühl qui affectait une somme 300 000 francs à l'érection d'un phare devant porter le nom de "phare d' Eckmühl" :

" Les larmes versées par la fatalité des guerres, que je redoute et déteste plus que jamais seront rachetées par les vies sauvées de la tempête." 

C'est ainsi qu'on édifie à Saint-Pierre, une tour octogonale en granite de Kersanton qui prend le nom de ce petit village de Bavière où les troupes de Napoléon ont remporté une victoire en 1809. Le coût des travaux, qui débutèrent en septembre 1893, dépassa largement la somme léguée par la marquise, puisqu'il fut de 550 000 francs.

  haut de page