Récits de vie                                    L'usine
L'école
Récit de Romain
Récit de David
Récit de Cédric

L'usine
Récit de Emilie
Récit de Jérémy
Récit de Emilie D.
Récit de Anna-Noëlle

La guerre
Récit de Tony
Récit de Karine
Récit de Jessica
Récit de Delphine
Récit de Julie
Récit de Jérémy

La pêche
Récit de Anthony
Récit de Steeven
Récit de Gaël

Le menuisier
Récit de Jérémy

Le service militaire
Récit de Frédéric

La petite bonne
Récit de Lenaïg

     

     J' ai travaillé à l'usine à Saint Guénolé jusqu'à mes 14 ans. Je me souviens encore de tous ces bruits de machine, ce contremaître qui venait voir si l'on travaillait assez vite et qui nous disait : " Allez, plus vite dépêchez- vous un peu ! " et toutes ces femmes qui travaillaient jusqu'à n'en plus pouvoir.

     Après ça je me suis mariée, ma mère me disait : " Ne te marie pas trop vite, choisis bien ton mari. ". Ensuite j'ai eu une fille, je me souviens que je l'emmenais très souvent à garder chez ma mère , car moi après avoir eu ma fille je suis retournée travailler à l'usine chez le Bopin., je me souviens que c'était encore pire qu'à l'usine à Saint Guénolé.

     Chez le Bopin si l'on disait un mot on était renvoyé et comme à l'usine à Saint Guénolé le contremaître passait et nous disait : " mais bon Dieu ! travaillez plus vite, autrement vous ferez des heures supplémentaires.

     Après je suis allée chez Rio et pourtant mon père me disait: "Ne va pas là-bas ce sont des voleurs ; tu ne seras jamais payée", et ma mère ajoutait : " Si tu vas là-bas, tu seras toujours tentée de voler c'est tellement beau dans ce magasin.

     Puis je suis tombée malade à Saint Nazaire peu après la mort de ma mère, morte de vieillesse. J'ai bien cru que c'était la fin pour moi, que j'allais dire kenavo à la vie.

     Ensuite je me suis remise de ma maladie et maintenant je suis en retraite, je suis toute seule et je garde des enfants.

     J'ai gardé mes enfants, mes petits-enfants et même mes arrières petits-enfants. Maintenant je suis en congé de tout, je ne fais rien de mes dix doigts que faire à manger, boire et puis voilà.

ANNA-NOELLE

  haut de page