Récits de vie                                    Le menuisier
L'école
Récit de Romain
Récit de David
Récit de Cédric

L'usine
Récit de Emilie
Récit de Jérémy
Récit de Emilie D.
Récit de Anna-Noëlle

La guerre
Récit de Tony
Récit de Karine
Récit de Jessica
Récit de Delphine
Récit de Julie
Récit de Jérémy

La pêche
Récit de Anthony
Récit de Steeven
Récit de Gaël

Le menuisier
Récit de Jérémy

Le service militaire
Récit de Frédéric

La petite bonne
Récit de Lenaïg

   

     Je suis rentré comme apprenti menuisier - charpentier le 30/01/49 dans une entreprise de St Guenolé avec le sentiment d'être libre : je pouvais enfin exercer le métier que j'aimais . Quelques années auparavant, sous la pression de mes parents, je devais me lever très tôt chaque matin pour aller en mer. Je me rappelle de cela car chaque matin je me disais que je devais aller faire un métier que je n'aimais pas et que j'aurais dû faire cela pendant toute ma vie, j'éprouvais un sentiment de frustration chaque matin avant de partir car cela ne me plaisait guère. C'est alors qu'un beau matin, avant de partir, j'annonçai la bonne nouvelle à mes parents en leur disant que j'allais changer de métier. Au début ils contestèrent cela, mais ensuite ils m'approuvèrent. Et je pus donc rentrer en apprentissage en 1949.

     Après avoir terminé mon apprentissage et travaillé durant 13 années chez le même patron, je décidai de créer ma propre entreprise en 1962. J'étais très heureux, car je me sentais dorénavant autonome, j'éprouvais un peu d'orgueil et surtout beaucoup de fierté même si je n'étais que mon propre patron.

     Au début je construisais toutes sortes de choses, de la fabrication des éléments de cuisine, c'est très vite sous la pression de certains clients que je dus réaliser tout ce qui pouvait se faire dans une maison : c'est à dire du parquet à la charpente et surtout les escaliers qui étaient devenus pour moi une spécialité. J'adorais passer de longues heures dans mon atelier à travailler le bois à l'aide de machines ou d'instruments manuels. Le seul fait d'être seul, dans mon atelier, avec mes outils et machines me rendait jovial. Les nombreuses heures de travail accumulées dans ma journée me fatiguaient physiquement mais certainement pas psychologiquement car ce métier était une part essentielle et nécessaire de ma vie. J'attachais beaucoup d'importance aux plans que je dessinais car pour moi de bons plans étaient de bonnes fondations donc de bons éléments.

     Le métier de menuisier a toujours été pour moi une passion. C'est peut être la clé d'une réussite associée à un peu d'efforts et beaucoup de courage pour essayer de réussir sa vie

JEREMY

    haut de page