Récits de vie                                    La guerre
L'école
Récit de Romain
Récit de David
Récit de Cédric

L'usine
Récit de Emilie
Récit de Jérémy
Récit de Emilie D.
Récit de Anna-Noëlle

La guerre
Récit de Tony
Récit de Karine
Récit de Jessica
Récit de Delphine
Récit de Julie
Récit de Jérémy

La pêche
Récit de Anthony
Récit de Steeven
Récit de Gaël

Le menuisier
Récit de Jérémy

Le service militaire
Récit de Frédéric

La petite bonne
Récit de Lenaïg

 

     J' aime parcourir les rues de ma ville natale, même si elles sont le plus souvent vides quand je m'y promène. L'endroit où je préfère me rendre, c'est aux ruines de mon ancienne école, détruite pendant la seconde guerre mondiale. Et là, je me souviens de ces bons moments passés entre ces murs, avec mes camarades de classe, et ces rires d'enfants, je crois que je ne les oublierai jamais.

     Mais quelques années après ces moments de joie, la seconde guerre mondiale éclata, à cette époque j'avais seize ans. Après environ trois ou quatre mois de guerre les Allemands firent leur apparition sur nos côtes. Ici, ils étaient environ deux mille. Nous nous sentions tous comme colonisés, quelle étrange sensation.

     Un jour, ils convoquèrent une partie des hommes du village, pour aller travailler dans les usines en Allemagne. Malheureusement, je fis partie de ce groupe. Nous devions nous rendre devant la mairie le lendemain de l'annonce. Le soir, je ne pus rien manger, j'avais l'estomac noué, alors j'allai me coucher. Je n'arrivais pas non plus à dormir, je réfléchissais à une éventuelle solution.

     Soudain, je me souvins du sous-sol de l'école, je l'avais trouvée, ma solution. J'allai consulter mes parents, ils étaient d'accord avec moi. Je pris quelques affaires, une couverture ainsi que des bougies et ma mère me prépara un baluchon avec de la nourriture. Il faisait nuit, et je partis, mes affaires sur le dos et la peur au ventre. En quelques minutes j'y étais déjà, je me sentis soulagé.

     Après quelques jours ou peut-être une semaine ( je n'avais plus la notion du temps) ma mère vint me chercher. Tout était enfin fini.

DELPHINE

  haut de page