Les Sonerien an Aod | page 1 | page 2 | Presse



Les sonneurs
sont issus des différentes communes du Pays Bigouden et sont tous formés au sein de l'ensemble par un système de tutorat où chaque jeune se trouve être à la fois enseignant et enseigné.

Photo Y.-R. Cooudal.

La formation participe régulièrement à des concours de musique écossaise en Bretagne et à l'étranger et est membre de la Royal Scottish Pipe-Band
Adjudication ( R.S.P.B.A.), organisme qui évalue et classe les Pipe-Bands dans le monde.
Il y a 2 niveaux permettant à chaque élément de trouver une place dans la formation, quel que soit son âge : la FORMATION JUVENILE pour les moins avancés et la FORMATION ADULTE CONFIRMEE.
Souvent les 2 formations se regroupent en une seule comme cela est le cas lors de la parade dans les rues de la ville.
En août 98, la formation confirmée a été primée au Championnat du Festival interceltique de Lorient et en septembre, la même formation a obtenu 5 trophées au championnat international des pipe-bands à Maastricht :

l - le 1er prix de musique de marches,
2 - le 3ème Prix en suite libre
3 - le 4ème en suite imposée.
Sur l'ensemble des 3 concours du championnat les SONERIEN AN AOD ont obtenu
4- le PRIX DU PUBLIC et
5- le MARCHING and DISCIPLINE récompensant le groupe qui a fait preuve de la meilleure tenue générale.


"Cinq trophées pour les Sonerien an aod"
Ouest-France septembre 1998


__________________________________

© Premier Ministre - Service photographique - Photo n°408-4a
__________________________________

En septembre 1999, LES SONERIEN AN AOD ont obtenu le PREMIER de MARCHES au Concours International de CHATSWOTH(GB), ainsi que le PRIX SPECIAL JUVENILE attribué aux sonneurs de moins de 18 ans.
Les Sonerien An Aod sont unanimement reconnus aujourd'hui comme étant la meilleure école de formation à la musique écossaise en Bretagne.


LE CD DES SONERIEN AN AOD

Il s’agit d’une CREATION MUSICALE née de la collaboration entre le Pipe-Band SONERIEN AN AOD (cornemuses et caisses claires) et Julien GOUALO ( percussions africaines).La démarche consiste en un métissage musical dans le respect réciproque des cultures.
Les mélodies enregistrées font toutes référence à la noble MATIERE DE BRETAGNE dans son sens médiéval. La percussion africaine apporte une rythmique à l’esprit improvisé qui rompt avec la carrure de la percussion occidentale ainsi qu’une richesse dans les timbres. Elle constitue à elle seule un troisième plan sonore. Cette association se fait dans le strict respect des formes en usage dans la culture bretonne.

Bernard LE FLOC’H

[haut]